come on boy ! (jamie and julian)

avatar
Julian BakerADMINISTRATEUR
Paniers réussis : 179
État d'esprit : perdu.
Chanson du moment : jana kramer - i won't give up.
Mon coeur bat pour : il n'est pas prêt de rebattre pour longtemps.
Ven 9 Mar - 15:48
come on, boy !
Qui disait vendredi, disait journée entière en compagnie de mon neuve préféré : Jamie. Alors que Nathan était en déplacement pour le basket et Haley en plein dans son nouveau post d’institutrice, je ne manquais pas de passer du temps avec le plus adorable des blondinets. James était un garçon tellement talentueux et intelligent pour son âge qu’on oubliait souvent les presque vingt-ans de différence que l’on avait avec lui. Je le voyais comme un ami, comme quelqu’un à qui je pouvais me confier sans qu’il me juge comme un adulte, sans qu’il ne me regarde avec pitié comme la plupart de mes amis ces temps-ci. Avec Jamie tout était naturel, plus simple et plus joyeux aussi.
J’avais donc décidé de le récupérer à la sortie d’école, glace triple choco à la main. Je savais à quel point il aimait ça alors je n’avais pas hésité à lui en commander pour qu’il puisse profiter de ce plaisir. Depuis tout petit, nous étions inséparables. Rares étaient les semaines où nous ne passions pas du temps ensemble, je lui avais enseigné énormément de choses sur la vie et surtout certaines techniques de drague pour qu’il puisse enfin sortir avec Madison, la fille qui le faisait craquer. D’ailleurs, on avait nos petits secrets rien qu’à nous, et si un jour Haley serait mis au courant d’une de nos cachotteries ni lui ni moi ne sortiront vivants. Attendant donc devant son école, je l’avais finalement remarqué alors que mon sourire s’agrandissait à cette image. Me rejoignant donc, je lui tapais dans la main avant de déclarer « James Lucas Scott, aujourd’hui, j’ai une mission pour toi. Et si tu veux vraiment mériter cette glace triple choco avant qu’elle ne fonde, va falloir que tu coopères pour moi. » Ce n’était pas du chantage, juste une forme de marché qu’on avait l’habitude de faire. Avec sa bouille d’ange et ses dents colgate il allait forcément être utile pour ce que je voulais et en contre-partie, il allait recevoir la gourmandise qui lui plaisait tant.
crackle bones


head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. © endlesslove.
avatar
James L. Scott...
Paniers réussis : 20
Mon coeur bat pour : Madisson
Sam 10 Mar - 22:50

   
   
Come on boy
Julian & Jim-Jam
L'école c'est chouette, enfin c'est légèrement ennuyant en ce moment parce que je fais des choses que je sais déjà faire depuis longtemps, mais je prends quand même mon mal en patience comme dise les adultes. Je m'adapte, comme dirait aussi papa. Ouais les grands parfois ils ont des expressions pour faire jolie, mais qu'ils n'appliquent jamais réellement. Non vraiment, ce monde adulte il donne réellement pas envie laissez nous être des enfants toute notre vie ça ira très bien. J'ai beau être tout jeune, je traîne beaucoup plus avec des adultes qu'avec des enfants. Oui je sais, c'est légèrement étrange peut-être pour certains, mais pour moi c'est normal. Il paraît que les grands aiment bien être avec moi, si si je vous jure c'est la vérité dans ma famille on se battrait presque pour me garder. Et ouais, je suis un Scott, je joue pas encore vraiment au basket et pourtant je suis déjà beaucoup demandé. Pouf, qu'est-ce que ça va être quand je serais adolescent. Bon, aujourd'hui c'est vendredi et c'est le meilleur jour de la semaine pour moi puisque ça veut dire déjà que c'est le week-end et puis aussi que c'est tonton Julian qui vient me récupérer. La maîtresse l'école elle a une sacré liste des gens qui on l'autorisation de me récupérer entre tonton Julian, tonton Lucas, tonton Skills, marraine, tata Peyton, nounou Debi ... ça fait du monde tout ça, même s'il manque grand-père Dan.
Je sors de l'école tout content et je repère assez facilement Julian puisqu'il est plus grand que tous les autres. « James Lucas Scott, aujourd'hui, j'ai une mission pour toi. Et si tu veux vraiment mériter cette glace triple choco avant qu'elle ne fonde, va falloir que tu coopères pour moi. » Je crois qu'il est le seul à savoir me prendre par les sentiments. Je serai capable de tout pour ça, et il le sait tonton. « Tout ce que tu voudras Julian Andrew Baker ! » Je me mets tout de même en mode réflexion quelques secondes avant d'ajouter, « Tu as besoin que je joue encore l'orphelin que tu as sauvé auprès d'une fille ? » Bah quoi ? Il y a rien de mal à passer pour un super-héros non ?

   
CODE BY MAY


   
avatar
Julian BakerADMINISTRATEUR
Paniers réussis : 179
État d'esprit : perdu.
Chanson du moment : jana kramer - i won't give up.
Mon coeur bat pour : il n'est pas prêt de rebattre pour longtemps.
Dim 11 Mar - 16:37
come on, boy !
Jamie avait de loin pris l’intelligence de sa maman, car il en avait plus dans la tête que certaines personnes de notre âge. D’ailleurs, plus il grandissait, plus les questions qu’il posait devenait de plus en plus difficile à répondre. Il ne fallait pas oublier qu’il n’avait que 4 ans, certaines choses devait rester encore à ignorer pour lui même si ce petit était perspicace et qu’il n’hésitait jamais à obtenir ce qu’il voulait. Alors lorsqu’il s’était approché de moi et que je lui avais proposé le marché que j’avais mis en stratagème depuis ce matin, il accepta volontiers n’oubliant pas de citer mon prénom en entier ce qui avait eu le don de me faire ricaner. « Ça sonne tellement bien. » Rétorquais-je en passant ma main dans ses cheveux afin de les ébouriffés et de reprendre par la suite alors qu’il avait demandé si j’avais encore besoin qu’il joue l’orphelin que j’ai sauvé auprès d’une fille pour la draguer. « Non, là c’est le numéro de ta maîtresse qu’il faut que j’obtienne. » avouais-je, un sourire accroché aux lèvres. J’avoue avoir utilisé Jamie plusieurs fois pour arriver à mes fins avec les femmes. Mais aucunes femmes ne résistaient au charme d’un homme célibataire au sourire ravageur, alors finalement, c’était un mal pour un bien et l’on gagnait bien notre compte tous les deux. Moi, une fille potentiel avec qui passer du temps et lui, une récompense qu’il réclamait. Ça c’était le vrai sens d’une affaire, des affaires que nous seuls avons la méthode.
crackle bones


head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. © endlesslove.
avatar
James L. Scott...
Paniers réussis : 20
Mon coeur bat pour : Madisson
Lun 12 Mar - 17:55

   
   
Come on boy
Julian & Jim-Jam
C'est vraiment chouette de ne pas être toujours traité comme un petit bébé, je sais je suis encore un enfant, mais j'ai quand même plus l'âge pour les trucs de bébé, non ? Je veux dire, c'est vrai quoi, aux enfants on parle comme s'ils étaient incapables de comprendre alors que c'est faux. Je sais pas pour les autres enfants de mon âge, mais en tout cas je sais correctement parler, je sais ce que je veux, et je connais même des choses que certains enfants ne connaissent pas encore et parfois même que certains adultes ignores aussi alors c'est pour dire ! Papa il dit souvent que je tiens ça de maman, je pense réellement que j'ai quand même de bons gènes en moi. « Ça sonne tellement bien. » Je crois qu'ici à Tree Hill, tout le monde à au moins deux prénoms. Il y a déjà tonton Julian, il y a aussi tonton Lucas Eugène Scott, marraine Brooke Peneloppe Davis, papa Nathan Royal et maman Haley Bob, tata Peyton Elisabeth ... oui oui je connais pratiquement tout le monde, je crois que la seule qui en a qu'un seul c'est tante Quinn, mais je ne suis même pas sûr je ne suis pas encore très bien renseigner. Bref, les affaires avec tonton Juju reprenne assez rapidement, « Non, là c'est le numéro de ta maîtresse qu'il faut que j'obtienne. » Quoi ?! Le numéro de mademoiselle Lauren? Mais pourquoi tous les garçons de ma famille -ou presque, sont amoureux d'elle ? C'est pas possible ça. « Hum ... Tant que tu ne me demandes pas celui de Madisson, je veux bien faire un effort. Tu veux qu'on fasse ça de suite ? Je suis prêt moi et puis ... J'ai quand même très faim ! »

   
CODE BY MAY


   
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1